MASTER Droit de la Santé - DROIT PUBLIC

Présentation

  • Diplômes délivrés : Master.
  • Durée d'études : 2 ans.
  • Modalités d'enseignements : Formation initiale et continue.

Objectifs

Fournir aux étudiants les outils juridiques, à la fois théoriques (à travers les enseignements universitaires, les travaux) et pratiques (à travers les conférences des professionnels, les exercices pratiques, le stage) afin de maîtriser les évolutions actuelles importantes dans ce domaine. Former des juristes spécialisés, capables, grâce aux compétences acquises, d’apporter leur savoir-faire aux administrations, agences sanitaires, établissements et entreprises concernés. Une part importante des enseignements est confiée à des professionnels disposant d’un haut niveau d’expertise. Un parcours recherche est également ouvert.
 

Compétences développées

Conseiller des organismes et établissements spécialisés. Traiter des dossiers contentieux ou d’indemnisation des victimes d’accidents médicaux au sein des compagnies d’assurance ou mutuelles, de l’ONIAM et des CCI, des cabinets d’avocats, des associations... Apporter des conseils juridiques auprès de syndicats d’établissements privés, des Conseils de l’Ordre. Acquérir les compétences nécessaires pour intégrer des agences sanitaires ou le Ministère de la santé… Se préparer aux concours d’entrée à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, de l’Ecole Nationale Supérieure de la Sécurité Sociale ou à d’autres carrières judiciaires (CRFPA).
 

Admission

  • Niveau d'entrée : Bac+3
  • Conditions d'admission : sur dossier et entretien.
  • Profil du candidat : motivation, autonomie, dynamisme, assiduité, esprit d'équipe.

Et après ?

  • Poursuite d'études : Doctorat.
  • Carrières et métiers : Juriste service contentieux d'une entreprise; avocat; magistrat, huissier, greffier, greffier en chef, commissaire, cadres des hôpitaux, des organismes de sécurité sociale, inspecteur des affaires sanitaires et sociales, juriste au sein de l’Agence nationale de sécurité du médicament, de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux ou des CCI, du Ministère de la santé, de la Haute Autorité de santé, de l’Agence de biomédecine, de l’Etablissement Français du Sang, des Agences régionales de santé et de tout organisme en lien avec la santé…